Depuis quelques jours, le message circule sur les réseaux sociaux indiquant que « Facebook a décidé de mettre fin à son bras de fer avec les utilisateurs qui utilisent le réseau social pour streamer en tant que DJ en imposant de nouvelles règles qui entreront en vigueur le 1er octobre et qui incluent non seulement le blocage du streaming mais aussi la suppression de la page ou le profil. »

Outre le fait qu’en fait ces règles là soient présente depuis déjà plusieurs mois, c’est surtout une plus grande rigueur et une amélioration de la reconnaissance des empreintes musicales qui à fait émerger cette information.

Pourquoi maintenant ?

Cette année 2020 à été marqué par un confinement à l’échelle mondiale, ce qui à poussé les artistes à trouver de nouvelles manières de se produire et de promouvoir leurs musiques.

Cette nouvelle manière a essentiellement été le Livestream sur Facebook, Twitch, Youtube pour les plus connus.

Derrière ces nouvelles méthodes de diffusion, un vide juridique parfois mais souvent un manque d’intérêt passé par les labels qui se sont réveillé en se disant : « Hé mais il faut monétiser tout ça ! ».

Voila donc le pourquoi du « maintenant ».

Comment ça fonctionne ?

Le fonctionnement de ce système est basé sur une recherche algorythmique.

Dans les faits, quand un label ou un artiste utilise une plateforme de diffusion pour envoyer un single, ep ou album sur les internets, il se retrouve face à de nombreuses possibilités pour la distribution.

La Distribution de ma Track 1000 Travels via Repost by Soundcloud vers Facebook entre autres.
Les plateformes ou sont distribuées les morceaux via Repost by Soundcloud


Comme vous pouvez le voir, on peut retrouver Youtube Music, Tiktok, Facebook / Instagram.

Outre cela, il existe chez les distributeurs un bouton de monétisation qui jusqu’à présent était surtout limité à Youtube Content ID et qui permet d’un coup d’œil de voir quels morceaux ont été claim.

L'interface d'affichage des morceaux et leurs claims.

Ce qui n’était possible que sur Facebook auparavant est en train d’arriver sur les autres plateforme sous la pression des ayants droits et gros labels comme la Warner, Universal, etc…

A la différence de Youtube qui a mis des années pour élaborer son Content ID et monétiser les artistes dont les chansons sont utilisées dans des vidéos; Facebook, Twitch etc… ont un retard considérable sur le sujet se retrouvent à muter ou supprimer complètement les contenus incriminés.

Leur modèle économique sur le Livestream n’est pour l’instant pas viable pour automatiquement accorder les royalties aux artistes. C’est une sorte d’impasse technique.

Et plutôt que de mettre en place de tels outils de rémunération juste, les plateformes prennent pour l’instant la décision de se débarrasser du contenu.

Cela dit, rien ne dit que dans un futur plus ou moins éloigné, Facebook ne mette en place un système équivalent au Content ID de Youtube qui permettra de reverser automatiquement les royalties aux artistes sans porter préjudice aux DJ voir même Liveurs.

Parce qu’aujourd’hui, avec ce système, on peut se retrouver dans une situation ubuesque ou un artiste jouant ses propres morceaux qu’il a créé peut se retrouvé muté ou banni du réseau social.

Le confinement nous a permis d’utiliser de nouveau moyen de communication inadaptés à la réalité d’aujourd’hui.

Evidemment, les premiers servis seront les majors sur ce point là et pour le reste cela dépends de votre label ou distributeur.

Comment faire ?

Au niveau des solutions, il n’y en a pas énormément à l’heure actuelle.

Comme je le disais dans la partie précédente, il va falloir voir avec le Distributeur pour retirer les claims sur les contenus.

Parfois on peut le faire sois même via l’interface du Distributeur.

L'interface pour retirer les réclamations sur les vidéos Youtube.

Mais parfois, on ne peut rien faire du tout.

Donc dans tous les cas, la seule solution va être de contacter les labels managers ou les artistes indépendants pour voir si de leur côté il est possible de vous autoriser à jouer leurs morceaux en live.

Evidemment, c’est une tache complexe et lourde qui, bien que ne nécessitant pas d’énorme compétence technique, peut s’avérer complexe à réaliser pour des novices en informatique (dépendant de l’interface du distributeur).

Et puis, vous imaginez devoir envoyer des messages à tout les artistes pour avoir l’autorisation ?

Et puis ces artistes veulent t’il s’asseoir sur leurs royalties ?

Avoir acheté un morceau sur Beatport ne permet pas de le diffuser librement sur Facebook et l’algorithme est incapable de son côté de faire la différence entre le fair use et la diffusion illégale.

Il faudrait des humains pour vérifier manuellement chacun des contenus et, c’est impossible, réellement impossible.

Conclusion

Eh bien il n’y en a pas vraiment pour Facebook et Twitch. Youtube est plus permissif pour le coup et ils proposent un Content ID éprouvé depuis de nombreuses années donc pour pouvoir diffuser des DJ Sets tout en rémunérant les artistes concernés, cela reste la meilleure possibilité mais ne vous attendez pas, en tant que DJ, à toucher des royalties de votre côté.

Un autre point important à prendre en compte et l’international. Suivant les morceaux et leur origine, des règles différentes peuvent s’appliquer.

On peut avoir de la monétisation automatique et donc jouer librement ou du mute de certaines parties si le morceau n’est pas autorisé en France par exemple.

Bref, voila, c’est un état des lieux de notre secteur musical aujourd’hui.

N’hésitez pas a commenter en dessous de l’article si vous avez des suggestions ou voyez des erreurs dans mon article.

Un commentaire sur “Pourquoi Facebook interdit les DJ Set ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dismiss
Allow